Gabon : Que retenir de Gabon Oil Company ?

0
573
Vue du siège de la GOC à Libreville

Nul besoin d’être un intellectuel pour comprendre qu’il faut être l’enfant d’un directeur général ou d’un ministre, en fait d’une personnalité pour être agent à Gabon Oil Company (GOC) et prétendre avoir un salaire de 5 à 20 millions de francs CFA.

Malgré la crise financière qui touche le pays et les mesures d’austérité mises en musique par Ali Bongo Ondimba, il n’est pas question de revoir leurs salaires à la baisse. Normal, ils appartiennent à la même formation politique au pouvoir le Parti Démocratique Gabonais (PDG).

Par ailleurs, ceux qui n’étaient pas du PDG ont été licenciés avec le concours d’Arnaud Engandji au motif que la société clignote au rouge.  Un agent de la GOC qui a préféré garder l’anonymat s’appuie sur le cas Vivien Amos PEA employé depuis 2014 en tant que conseiller juridique en relation avec les institutions et viendrait au bureau une à deux fois par semaine. De plus, les agents ne savent  pas comment il a fait pour se retrouver à ce poste parce que nullement nommé en conseil des ministres.

Idem, pour le  directeur des ressources humaines de la GOC en la personne de Madame Nathalie Bibangoye, épouse du directeur général du Budget chargé des marchés publics.

Les noms de certaines grandes familles ne sont pas en reste notamment : Ona Ondo (deux filles), une Nkama Dabany, un fils de Boukoubi, un fils de Epighat cousin du président de la République, un fils de Berre responsable de la communication, la famille Yangari oncle et neveu Nguia, un fil de Reteno Ndiaye…

Ne travaille à Gabon Oil Company, que le parent de l’enfant de… C’est aussi ça l’égalité des chances que prône Ali Bongo Ondimba.

La rédaction reste à votre disposition pour de plus amples précisions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here