Gabon/Port-Gentil: Deux Trafiquants d’ivoires aux arrêts.

0
99
Les deux présumés trafiquants d'ivoires en attendant le jugement

Deux présumés trafiquants d’ivoire ont été interpellés à Port-Gentil, chef-lieu de la province de l’Ogooué-Maritime. En effet, deux individus, Emmanuel DEUNGUEN dit Eddy, de nationalité camerounaise et son complice, Paul ANYANWU dit Polo, d’origine nigériane, viennent d’être arrêtés pour trafic d’ivoire.

Les faits se sont déroulés le 19 Novembre 2021 autour de 13h dans la ville de Port-Gentil, la capitale économique. Les deux hommes s’étaient fixés rendez-vous dans un lieu discret. La nouvelle d’une transaction illicite d’ivoire étant parvenue aux oreilles des agents de la Gendarmerie de l’Océan, et une équipe d’intervention s’est vite constituée. L’équipe mixte d’intervention était composée des agents de la Gendarmerie de l’Océan, et de ceux des Eaux et Forêts de Port- Gentil. L’opération s’est déroulée avec l’appui de membres de l’ONG Conservation Justice.

Déployés sur le lieu indiqué, les agents ont procédé à l’interpellation d’Emmanuel DEUGUEN et de Paul ANYANWU, tous deux employés au Port de ladite ville en qualité de Docker. Ils étaient en possession de deux pointes d’ivoire sciées en quatre morceaux qu’ils étaient sur le point de vendre.

Les deux présumés trafiquants ont été placés en garde à vue dans les locaux de la Gendarmerie de ladite ville en attendant leur transfert sur Libreville et leur présentation devant le Parquet Spécial pour répondre des faits de détention et tentative de vente d’ivoire sans autorisation préalable de l’administration compétente. Les mis en cause risquent jusqu’à dix ans de prison ferme.

Grâce aux vastes étendues de forêt continue et aux niveaux relativement faibles de braconnage, en comparaison avec les pays voisins, le Gabon abrite la plus grande population d’éléphants de forêt, avec une population estimée récemment à 95 000 éléphants. Pourtant, certains parcs ont subi de lourdes pertes ; dans le Parc National de Minkébé environ 2 100 éléphants ont disparu chaque année depuis   2004.

WCS intervient à travers un certain nombre de parcs nationaux du Gabon, où nos principales interventions sont : Suivie de l’application de la Loi, évaluer l’état des populations d’éléphants et améliorer nos connaissances sur l’écologie et fournissant une protection directe par le biais de présence sur le terrain à long terme sur les principaux sites.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here