Gabon/Owendo : Vers une spoliation des populations ?

0
639
Vue du projet de construction d'« Owendo Bypass »

L’Etat, l’ANUTTC et la Mairie d’Owendo veulent spolier les populations de la commune d’Owendo plus particulièrement à Akournam 2 et Melen Bizango Rail au mépris des élus, et autres Députés ou Sénateurs, qui n’en font aucunement mention dans leurs activités parlementaires. Un projet dont on n’a nullement parlé en conseil de ministres.

Cet acte, qui n’a été précédé d’aucun dialogue, est supposé conforter la mairesse d’Owendo, Mme le Gouverneur de la province de l’Estuaire accompagné du DC du Ministre de l’Habitat et entre autres du DG de l’ANUTTC, et permettre le développement de la rocade sud reliant la route nationale 1 (RN1) au PK15, à la gare SETRAG Owendo « Owendo Bypass ». Curieuse logique qui, pour atteindre un tel objectif, est très éloigné des attentes de plus de 5000 familles. Le but annoncé est de vouloir désengorger les villes et mieux répartir la population dans le reste de la commune d’Owendo. La bonne blague.

Les nouveaux zonages indiqués de 42 m pénalisent les propriétaires de terrains constructibles en les empêchant de construire et crée une rupture d’égalité avec ceux qui ont été expropriés et indemnisés, alors que des familles ont construit en respectant les 15 m de limite exigé par la SETRAG. Même si le terrain à bâtir est situé en dehors des zones dites « tendues », leurs propriétaires ne seront pas forcément chanceux. Qui sont les entreprises associés à cette réunion tenue à la va vite RISE Gabon (Régional Infrastructure Supranational Entity) et SAGL (Société d’Aménagement du Grand Libreville) ?

Recommandations de la tenue de la réunion

On l’a compris : mettre la main sur des terrains impossibles à garder pour les propriétaires permettra ainsi à l’Etat, de s’approprier les terrains. Mais est-ce même moralement acceptable ? Autrement dit, l’Etat s’immisce dans la vie des communes au détriment des élus, des Députés, des Sénateurs et de leurs administrés. L’Etat organise purement et simplement des rafles de terrains qui risquent fort d’entraîner des indigents chez les familles dont ils étaient les seuls biens. Aujourd’hui 5000 familles. Demain, le double ? Et dans 20 ans ?

A l’heure où les Gabonais attendent de la mairie, du gouverneur de province, du Ministère des TP et des entreprises des réponses sur la suite du projet de la route SEEG AKOURNAM 2-Cimetiere Igoumie, ce coup de force illustre une fois de plus, leur double langage et leur propension à déguerpir les populations en ce début de saison de pluie où la rentrée des classes a commencé avec ses nombreuses incertitudes de la présidentielle d’août prochain. On n’est loin du discours apaisant et ouvert du chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba le 17 août dernier, cette nouvelle initiative contredit également ses bonnes intentions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here