Gabon : La réplique d’Ossouka à l’endroit de Marie Madeleine Mborantsuo.

0
3192
Le chef du gouvernement Rose Christiane Ossouka Raponda (à gauche) joue la forte tête avec la présidente de la Cour Constitutionnelle Marie Madeleine Mborantsuo (à droite)

Du jamais vu, mais du venez-voir, de la mémoire des Gabonais, l’on n’avait jamais enregistré cela au Gabon vu que les décisions de la Cour Constitutionnelle ne doivent pas faire l’objet d’une réplique, d’une contestation de la part d’un gouvernement à l’exemple de l’équipe d’Ossouka Raponda qui vient de déclarer ouvertement la guerre à la Cour Constitutionnelle, une institution on le sait au dessus de tout.

Comme on a coutume de dire au quartier, « tu me fermes la porte, je passe par la fenêtre ». Ossouka et son équipe viennent de choisir de passer par la fenêtre advienne que pourra pour faire passer l’Arrêté N°0685/PM du 24 décembre 2021. En moins de 5 heures, le gouvernement a consulté le parlement, rédigé un nouvel arrêté, fait enregistrer au niveau du secrétariat général du gouvernement et publié au journal officiel, avec quelle efficacité ?

Revenant sur l’annulation par la Cour constitutionnelle pour vice de procédure de l’arrêté du 25 novembre fixant les nouvelles mesures anti-Covid, le gouvernement a, dans les règles, adopté un nouvel arrêté reprenant, au mot près, l’ensemble des dispositions de l’arrêté précédent. Le nouvel arrêté gouvernemental a été publié hier, vendredi 24 décembre, au Journal officiel dans son intégralité. Pass sanitaire, tests PCR, réouverture des bars, restaurants et boîtes de nuit, assouplissement du couvre-feu.

Aussi, l’Arrêté n°0685/PM du 24 décembre 2021 fixant les nouvelles mesures gouvernementales de prévention, de lutte et de riposte contre la propagation de la Covid-19 s’articule comme suit :

Article 1er : Le présent arrêté, pris en application des dispositions de la loi n°003/2020 du 11 mai 2020 suscitée, fixe les nouvelles mesures gouvernementales de prévention, de lutte et de riposte contre la propagation de la Covid-19.

Article 2 : Pour les passagers vaccinés entrant sur le territoire national, le test de dépistage est obligatoire à l’arrivée et sont exemptés d’observer la période de quarantaine.

Article 3 : Pour les passagers non vaccinés entrant sur le territoire national, il est imposé un test de dépistage à l’arrivée et une période de quarantaine obligatoire d’une durée de 5 jours dans un établissement hôtelier agréé sur la plateforme de réservations « Assistance Voyage Gabon ».

Article 4 : Il est décidé d’une augmentation du nombre de rotations hebdomadaires des vols internationaux qui passent de 2 à 5 par compagnie aérienne.

Article 5 : S’agissant de la circulation à l’intérieur du pays, les personnes vaccinées sont exemptées de l’Autorisation Spéciale du Ministère de l’Intérieur et du test PCR. Les non vaccinées doivent, outre justifier d’un test PCR négatif valable 14 jours, obtenir une Autorisation Spéciale du Ministère de l’Intérieur pour tout déplacement.

Article 6 : Il est décidé de la fin de la gratuité des tests PCR, ainsi :
-test PCR normal : 20.000 FCFA ;
-test PCR VIP : 50.000 FCFA.

Ces tests sont valables 14 jours sur le territoire national et 3 jours pour les voyageurs internationaux.

Article 7 : Il est fait obligation aux personnes non vaccinées souhaitant accéder aux lieux publics notamment les administrations, les entreprises, les restaurants, les snack-bars, de présenter un test PCR négatif en cours de validité.

Pour les personnes vaccinées, l’accès aux lieux précités est conditionné par la présentation d’une attestation ou d’une carte de vaccination.

Article 8 : Les entreprises dont tous les employés sont vaccinés sont exemptées de la mesure de couvre-feu notamment les restaurants, les snack-bars etc.

Article 9 : Toute personne vaccinée est autorisée à circuler aux heures du couvre-feu.

Article 10 : Le présent arrêté qui abroge les dispositions antérieures contenues dans l’arrêté n°0559/PM du 25 novembre 2021 susvisé, entre en vigueur à compter de sa date de signature, sera enregistré, publié au journal officiel et communiqué partout où besoin sera.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here