Gabon/Cherté de la vie : La nouvelle mercuriale en dessous des attentes.

0
416
Hausse inexplicable des denrées alimentaires

Huiles végétales, produits laitiers, sucre, presque l’ensemble des denrées ont vu leurs cours se raffermir. La flambée des prix dépasse désormais les 30 % sur un an. Seul le prix de la viande est resté stable.

Aussi, la nouvelle mercuriale qui entre en vigueur le 1er octobre prochain et fixe les prix plafond aux stades gros, demi-gros et détail de 48 produits alimentaires importés de catégories viandes, volailles, poissons, conserves, riz et produits laitiers, sera-t-elle efficace ? C’est le lieu de dénoncer la pratique du prix ferme ou l’adoption d’une clause de révision sans rapport avec les facteurs réels d’évolution des prix ou des coûts. Car ces modalités de révision inadaptées sont constituées par des clauses de révision trop générales du fait du choix d’indices ou index inappropriés, ou intégrant une partie fixe non justifiée, qui ne reflètent pas la tendance d’évolution réelle des prix des marchés. Il convient de limiter les effets de la révision par une clause de sauvegarde ou une clause butoir.

En effet, les consommateurs toujours attirés par l’option du toujours plus pour moins cher, ont trouvé dans les produits d’importation une solution pratique. Il résulte de cette course aux bas prix une aggravation du solde de la balance commerciale des produits agricoles bruts qui est devenu négatif. Rappelons que les exportations de produits bruts stagnent depuis quelques années alors que les importations sont en croissance régulière et continue. Près d’un produit alimentaire sur deux consommés au Gabon est importé, tout comme 25 % de la viande de porc ou 34 % de la volaille. Ceci explique en partie la sous-rémunération des opérateurs locaux qui doivent s’aligner sur les prix de dumping des produits importés.

Cette dépendance alimentaire représente un danger non seulement pour notre équilibre économique, mais à terme pour notre approvisionnement. Visiblement les autorités se moquent d’un tel risque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here