Football féminin/Sénégal : « Au début, on nous voyait comme des garçons manqués et des filles ratées » dixit Safiétou Sagna.

0
276
La capitaine du Sénégal, Safiétou Sagna

La capitaine de l’équipe nationale du Sénégal, Safiétou Sagna, savoure l’évolution de la perception des footballeuses dans son pays après leur impressionnante performance lors de la récente Coupe d’Afrique des Nations féminine TotalEnergies (WAFCON) au Maroc.

La joueuse basée en France a mené son pays à atteindre les huitièmes de finale du tournoi dans le pays d’Afrique du Nord il y a deux mois pour être éliminée par la Zambie lors d’un match très disputé.

Depuis son retour de la compétition féminine phare du continent, les attitudes envers les femmes qui jouent au football commencent à changer après avoir atteint les quarts de finale du tournoi en juillet.

Le chemin vers le succès et l’acceptation n’a pas été facile pour Sagna et ses coéquipières, ayant combattu les stéréotypes sociaux pour être acceptés en tant que footballeurs.

« Les choses ont vraiment évolué. Ça a été un combat de tous les instants mais plus que l’accueil au retour du WAFCON, c’est la décision de certains parents de venir nous demander des conseils pour leurs filles qui me fait le plus plaisir », a expliqué le capitaine du Lionnes.

« Un long chemin a été parcouru quand je me souviens de ma peur quand je devais aller jouer au football. Nous étions considérés comme des garçons manqués et des filles ratées », a déclaré l’ancienne joueuse de Casa Sports qui en est à sa deuxième saison à Bourges.

« Il faut continuer à se battre pour que toutes les filles puissent faire le sport de leur choix. On peut être fières de nous, nos sœurs et surtout nos filles n’auront plus besoin de se cacher pour jouer au foot » a-t-elle déclaré.

La WAFCON disputée au Maroc a marqué le retour du Sénégal dans le tournoi après dix ans d’absence et la milieu de terrain qui a débuté sa carrière en 2011 estime que « les Lionnes ont réussi la compétition ».

« Nous avons fait un bon WAFCON, nous avons marqué notre premier but dans la phase finale du WAFCON, obtenu notre première victoire et pour la première fois de l’histoire, le Sénégal s’est qualifié au deuxième tour d’un tournoi féminin. Ce n’était pas une tâche facile », a-t-elle déclaré, indiquant que le Sénégal a de grands espoirs de se qualifier pour la Coupe du monde féminine 2023 grâce aux barrages.

« Globalement, il y a des raisons d’être satisfaites même s’il y a aussi un regret d’avoir raté la qualification en demi-finale contre la Zambie – une équipe que nous aurions pu battre », a-t-elle déclaré.

« C’est dommage car face à l’équipe zambienne nous avons ouvert le score. Cette défaite aux tirs au but nous est restée en travers de la gorge, mais nous allons profiter de cette expérience pour préparer les futures compétitions. C’est une bonne leçon », a-t-elle déclaré.

Safiétou Sagna qui, après Casa Sports, a joué pour l’équipe du lycée Ameth Fall à Saint-Louis et pour l’US Parcelles Assainies, pense aussi que ”le Sénégal a manqué d’expérience et de concentration à cause des nombreux jeunes joueurs dans l’effectif pendant la compétition.

« Ce qui plaît le plus, l’avenir nous appartient. Le Maroc, finaliste, a eu des problèmes face au Sénégal. Nous devons gérer l’aspect émotionnel », a-t-elle déclaré.

En 10 ans, le football féminin s’est beaucoup amélioré au Sénégal notamment au niveau organisationnel avec des compétitions pour les équipes nationales de jeunes U17 et U20.

Sagna a ajouté que comme les filles parviennent à jouer très tôt et à acquérir de l’expérience, elles seront prêtes à conquérir l’Afrique et le monde.

« Le développement des filles est progressif avec des campings périodiques sur une longue période ce qui leur a permis de bien travailler et de mettre une philosophie », a-t-elle dit, saluant la posture de la FSF.

Evoquant le football de haut niveau et la vie des femmes dans la société sénégalaise, la joueuse de Bourges reconnaît que « c’est très difficile de concilier les deux ».

« Dans notre société, beaucoup continuent de penser que les femmes doivent rester à la maison pour gérer leur ménage et laisser le football aux hommes et heureusement nos performances commencent à faire changer d’avis », s’est-elle empressée de préciser.

« Parents et proches commencent à comprendre que c’est notre passion et pour certains leur gagne-pain.

Certains joueurs sont mariés et le football ne change rien à leur vie de couple et à leur carrière sportive car ils continuent à jouer à haut niveau et à bien gérer leur foyer.

Mais cela reste un combat permanent pour nos plus jeunes, peut-être nos filles qui doivent pouvoir vivre pleinement leur passion », a-t-elle déclaré, insistant sur le fait que « le football ne s’oppose pas à la vie de couple, à être une femme et assumer son rôle dans la société ».

« Et bien sûr, je pense sérieusement au mariage et à fonder une famille et je vous promets que mon mariage n’est pas très loin.

Le football de haut niveau, c’est très exigeant et franchement, ce n’est pas du gâteau mais puisque les filles arrivent à le faire pourquoi pas moi et les autres.

C’est fort possible surtout si vous avez la chance d’avoir des proches compréhensifs, notamment votre conjoint qui vous soutient dans vos activités.

Il y a beaucoup de préjugés mais les mentalités ont beaucoup changé et les performances récentes y ont beaucoup contribué.

« Quand tu décides de jouer au football, il faut accepter de continuer à bien travailler à l’école, de faire le ménage avant d’aller sur le terrain », a-t-elle dit, indiquant que pour elle, les choses ont changé lorsqu’elle a été appelée pour l’équipe nationale et quand elle a fait un transfert en France.

La capitaine des Lionnes, qui a disputé 42 matches avec l’équipe nationale depuis 2011, a déclaré que même si elle continuerait dans le jeu lorsqu’elle se retirerait de sa carrière de joueuse, elle souhaitait entrer dans la gestion du football pour aider la prochaine génération de joueurs.

« Je veux aider nos filles et nos sœurs à faire de bons choix de carrière », a déclaré Sgana qui combine désormais sa carrière de joueuse avec des études de gestion du football à Bourges.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here