Coupe du Monde Qatar 2022/Salima Mukansanga : « Je n’avais jamais imaginé que j’officierai à la Coupe du Monde masculine ».

0
228
L'arbitre féminin Salima Mukansanga

Salima Mukansanga a révélé qu’elle n’avait pas vu venir l’opportunité d’arbitrer au cours d’une Coupe du Monde de la FIFA masculine.

L’arbitre d’origine rwandaise entrera dans l’histoire dans les prochains jours en devenant la première femme africaine à officier lors de la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA au Qatar, dix mois exactement après avoir réalisé un exploit similaire lors de la Coupe d’Afrique des Nations au Cameroun.

Mukansanga, aux côtés de la Japonaise Yoshimi Yamashita et de la Française Stéphanie Frappart, a été nommée pour la première fois arbitre centrale féminine à officier dans une Coupe du monde masculine.

La jeune femme de 34 ans, qui a brisé le plafond de verre en arbitrant le match de la phase de groupe de la CAN TotalEnergies entre le Zimbabwe et la Guinée le 18 janvier 2022, a partagé son sentiment sur le fait d’avoir été sélectionnée parmi les premières femmes à arbitrer une Coupe du Monde en 92 ans.

“C’est très encourageant, et c’est un privilège pour moi. Je n’avais jamais imaginé que j’officierai un jour à la Coupe du Monde masculine”, a déclaré Mukansanga.

“La première fois que j’ai été désignée pour aller à une Coupe du monde, c’était en France pour la Coupe du Monde féminine 2019, donc mon prochain objectif était plutôt à la Coupe du Monde féminine en Nouvelle-Zélande en 2023”.

“Être désignée à la Coupe du monde masculine est quelque chose de nouveau, une autre opportunité que nous avons. Cela signifie que la FIFA reconnaît que les femmes travaillent dur, que nous fournissons un arbitrage de qualité et que nous pouvons atteindre les sommets du jeu masculin.”

Après des débuts assez précoces, Mukansanga est revenue sur ses premières années difficiles, tout en partageant son incroyable ascension, elle qui est devenue arbitre international listé par la FIFA depuis 2012.

“J’aime arbitrer depuis l’enfance. Ce qui m’a inspirée est d’assister aux matchs dans ma ville natale. Je regardais sur le terrain les joueurs mais aussi les arbitres”, a-t-elle admis.

“Les voir en action a été une grande source d’inspiration pour moi. Donc être arbitre est vraiment quelque chose que je voulais faire, et cela a été une motivation et un moteur en moi. J’adore ça.

“Au début, j’officiais dans les ligues locales pour les hommes et les femmes de deuxième division. Ce n’était pas professionnel, juste local dans notre fédération. Peu de temps après, j’ai développé mes capacités d’arbitre et j’ai commencé à arbitrer dans une ligue nationale de deuxième division, de deuxième division féminine, puis jusqu’à la première division masculine.”

Sur la façon de faire face aux réactions lorsqu’on arbitre des matchs nationaux masculins en tant que femme, elle a déclaré : “A une époque, c’était nouveau car on ne voyait pas de femmes arbitres. C’est un domaine dominé par les hommes. Les gens n’acceptaient pas ce que nous faisions. Ils disaient à contrecœur “Elle se débrouille bien”.

“Mais en moi, j’avais un grand rêve d’aller loin, d’être un arbitre professionnel, mais les gens ne m’acceptaient pas. Cependant, jour après jour, ils ont commencé à l’accepter davantage, en raison des décisions que je prenais. Ils ont trouvé que je prenais des décisions justes 2/5 et donc ils ont essayé d’accepter.”

“Avec le temps, ils ont également commencé à encourager les jeunes filles à s’impliquer dans ces domaines dominés par les hommes, donc c’était le bon moment pour moi car je connaissais beaucoup d’autres femmes arbitres et nous pouvions être plus puissantes ensemble.”

À quelques heures du coup d’envoi de la Coupe du monde, Mukansanga s’est ouverte sur ses préparatifs et son état de préparation pour ce nouveau défi au Qatar.

“Je me prépare simplement pour le tournoi de la Coupe du monde dans son ensemble, pas pour des matchs particuliers. Je dois donc me préparer physiquement, mentalement et théoriquement pour être prête. Tout cela est basé sur la formation que nous recevons, qui comprend des cours et des séminaires”, a-t-elle déclaré.

“Les attentes sont toujours plus grandes, et nous devons donc donner plus. Nous avons un régime spécial, nous sommes presque comme des athlètes d’élite ! Tout est prévu pour chaque arbitre qui se rend à la Coupe du monde.

“Nous avons accès à une plateforme en ligne, la même plateforme pour tout le monde et ici nous avons la même formation – tout est identique et tout est égal.”

La Rwandaise ne regrette pas d’avoir embrassé l’arbitrage très tôt, tout en promettant de donner le meilleur d’elle-même sur la scène mondiale.

“Je ne regrette rien. Je suis là, et je mérite d’être là. C’est mon heure, et je dois la saisir pour la faire briller. Je suis vraiment heureuse d’aller à la Coupe du monde, car j’ai travaillé dur pour cela”, a-t-elle réfléchi.

“Je peux m’en tenir à mes décisions jusqu’à l’avenir, car je veux que mon avenir soit brillant. Et je veux que les jeunes filles me regardent et suivent mes pas, car moi aussi, je suis ici parce que j’ai suivi les conseils de personnes qui sont passées par là. Maintenant, c’est le moment et je reste concentrée sur la Coupe du monde.”

À l’intention des jeunes filles et des arbitres africaines en herbe, la seule femme parmi les six arbitres africains en partance pour le Qatar a insisté : “Peu importe d’où vous venez, ne soyez pas timides. Ne vous sentez pas déprimées. Ne laissez personne vous dire que vous n’y arriverez jamais. Vous y arriverez. Aujourd’hui, je suis ici, et je ne l’avais même pas imaginé. Cela signifie que vous aussi pouvez avoir cela. Continuez à travailler dur, suivez vos rêves, concentrez-vous sur ce que vous voulez être, car l’avenir est radieux. Quoi que vous vouliez être, vous le serez.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here