Conférence des Nations Unies sur le changement climatique à Bonn..

0
814
Une vue de la région de Bonn où se déroule la rencontre sur les changements climatiques. Images archives

Les  acteurs  de  la  société  civile  africaine  regroupée  au  sein  de  l’ONG  (Pan  African  Climate  Justice alliance),    prennent  part  à  la  conférence  des  Nations  Unies  sur  le  changement  climatique  à  Bonn  en Allemagne.  La  conférence    dénommée SB50   qui  se  tient du 17 au 27 juin à  Bonn en Allemagne    au siège  des  Nations  Unies,  réunis  des  experts  du  domaine  de  l’environnement  et  les  parties  prenantes autour  du  sujet  sur  le  réchauffement  climatique. L’objectif  de  cette  rencontre  étant  de  présenter    les  actions    en  matière  de  climat  dans  le  cadre   des  réflexions  entre  pays  développés  et  pays  en  voie  de  développement  en  vue  de  la  réduction  des émissions  de  gaz  à  effet  de  serre.

La  société  civile    africaine  a  donc  profiter    de  ce  cadre  de  réflexion    pour  rappeler    ses  attentes   dans  la  mise  en  œuvre  du  mécanisme    international    de  l’Accord    de  Varsovie    sur  les  pertes  et dommages qui  jusqu’à  alors  n’ont  pas  eu  de  suites  favorables   «      Les pertes  et  dommages  reste  un  grand  problème  dans  ces  négociations,  parce  que  la  société  civile africaine  a  demandé    un  mécanisme  spécifique  et  approprié    et  indépendant  pour  adresser  la  question   des pertes et dommages. » a affirmé monsieur Augustine B NJAMNSHI, président chargé des politiques et  techniques  pour  l’Alliance  Panafricaine  pour  la  Justice  Climatique.

Et  lui  de  poursuivre    « étant  donné que les pays en  voie  de développement et surtout les pays africains subissent  déjà    des  inondations  dues  au  changement  climatique  tels  que  les  évènements  en  Afrique australe,  qui  demandent  des  réponses  rapides  et  adéquates,  Mais  qui  ne  sont  pas  nécessairement garanties  dans  les  mécanismes  de  financement    climatiques  existants  ».

Par  ailleurs,  plusieurs  points  essentiels  ont  été  évoqués    dans  leur  plaidoyer,  notamment   l’épineux  problème  du  financement    de  la  lutte    contre  le  changement  climatique,  étant  donné    la vulnérabilité    des  pays  africains      face  aux  conséquences  du  réchauffement  climatique  au  niveau économique  social  et  politique.

Elle  en  appelle  donc  à  l’adoption    de  l’engagement    de  100  milliards  de  dollars    par  an,  dans  la lutte  contre  le  changement  climatique,  lequel  financement    permettra    à  terme    de  constituer    le  fond vert    pour  le  climat  (FVP).  Elle    accorde,  par  ailleurs    une  priorité    à  la  composante    de  l’Adaptation    qui est  l’un  des  fondamentaux  de  l’Accord  de  Paris    respectueux    de  l’équité  et  de  la  justice,  et  servant  de point  d’ancrage  à  la  mise  en  œuvre    de    cet  l’Accord. Etant  donné  que  les  pays  africains  font  déjà  face    aux  effets  du  changement  climatique,  la nécessité  de  renforcer  les  flux  d’aide    aux  actions  d’adaption    et  d’atténuation  des  conséquences      du changement  climatique  devient  une  urgence    aux  regards  des  nombres  considérables  de  catastrophes naturelles  auxquels  certains  pays  de  l’Afrique  subsaharienne  font  désormais  face. La  société  civile  s’est  félicitée  des  avancées  mémorables  des  progrès    dans  les  négociations    sur l’agriculture  dans  le  cadre  de  la  CCNUCC  visant  à  formuler  les  recommandations    sur  le  renforcement de  la  résilience    des  systèmes  agricoles  et  alimentaires.  L’agriculture  étant  un  moteur  clé    du développement  en  Afrique,  les  nouveaux  défis  auquel  l’expose  le  changement  climatique  implique donc  une  mise à  disposition  du  transfert  de  technologique  et  l’accès  à  des  moyens  adéquats.       En  outre,  la  société  civile    suggère  le  renforcement  des  capacités    des  institutions  de  lutte  contre le  réchauffement  climatique  par  une  législation  favorable    permettant  de  faciliter    l’exercice  de  leurs missions.   Entre  autre  sujet  évoqué,    L’égalité  des  sexes  par  une  représentation  effective  des  femmes  dans tous  les  aspects  de  la  convention,  ont  constitué  l’essentiel  des  attentes  des  pays  africains  par l’intermédiaire  de  la  société  civile  africaine  présente  à  cette  rencontre  internationale. L’alliance  panafricaine   pour  la  justice  climatique  (PACJA)  est  une  organisation  non gouvernementale,    créée  en  2008,  elle  regroupe  en  son  sein  plus  de  1600  organisations  de  la  société civile  africaine.    Le  PACJA    est  présent  dans  48  pays  en  Afrique,  et      œuvre  pour  la  justice  et  l’équité pour  les  populations  locales    dans  le  changement    climatique    et  développement    durable.

Envoyé  spécial  Chimène Okome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here