Carnet blanc : Célébration officielle du mariage Alia Maeva Bongo Ondimba & Biendi Maganga Moussavou.

0
13824
Anne Marie Dworaczek-Bendome, , journaliste, fondatrice et directrice de publication du blog DB-News

La bourgeoisie Gabonaise sera en fête demain, samedi 22 Août 2020. En effet, deux rejetons issus de cette noblesse de pacotille, Alia Maeva Bongo Ondimba & Biendi Maganga Moussavou vont unir leurs destins pour le meilleur et pour le pire. La cérémonie se déroulera à la Pointe Denis, au large de Libreville.

Enfin,  “gendre présidentiel”

Biendi Maganga Moussavou est le fils de l’opposant à la mode gabonaise, Pierre Claver Maganga Moussavou, Fondateur et président du Parti Social Démocrate (PSD) du Gabon, plusieurs fois candidats aux élections présidentielles (1993, de 1998, et de 2016).  Il est en autre, un ancien ministre d’Omar Bongo Ondimba, et ancien vice-président de la République de son fils,  Ali Bongo Ondimba. Quant à la mère du “marié“, Albertine Maganga Moussavou, elle est députée et présidente du groupe parlementaire dit “Les démocrates” à l’Assemblée nationale.

Ali Bongo marie sa petite sœur préférée !

Alia Maeva Bongo Ondimba, née des très nombreuses conquêtes féminines de feu Omar Bongo, fait partie des 54 héritiers triés sur le volet par Pascaline Bongo Ondimba. L’oncle de la nouvelle épouse du ministre de l’agriculture n’est autre que l’actuel ministre des Affaires étrangères du Gabon, Pacôme Moubélet Bouyeba. L’heureuse future mariée, fille d’Omar Bongo Ondimba occupe dans la vie de tous les jours, les fonctions de Directrice générale de l’Agence gabonaise de sécurité alimentaire pour la protection de la santé des consommateurs (AGASA), créée en 2011. La mission de cette entité placée sous la tutelle technique du ministère en charge de l’Agriculture (son chéri), est de prévenir, évaluer, et gérer l’ensemble des risques sanitaires, nutritionnels et phytosanitaires tout au long de la chaîne alimentaire, tout en protégeant la santé les populations gabonaises.

Le fait du prince

Pour la petite histoire, la jeune Alia Maeva Bongo Ondimba a atterri à l’AGASA après les élections législatives et locales de 2018. Elle ambitionnait de devenir Maire d’Akanda. Contrariée dans ses plans de carrière, car au final le poste reviendra à Gregory Laccruche Alihanga. Mais comme c’est une “Bongo Ondimba”, elle recevra l’AGASA en guise de lot de consolation. Il y a pire !

La revanche a sonné pour les Maganga moussavou

Le fils bien aimé de la famille vient de ferrer le gros poisson, et grâce à lui, désormais, ils sont associés à la maison  “Royale du Gabon”. Biendi Maganga Moussavou qui a renoncé au parti de son géniteur, peut jouer sa partition dans la succession future du régime Bongo-Valentin.  Ils sont originaires du Sud-est du Gabon et leur ethnie au sens large arrive après les fangs (majoritaire). Un bon Cheval de Troie qui peut permettre en dernier recours, faute de mieux, de perpétuer la confiscation du pouvoir. Et par ricochet, assuré, quoi qu’il arrive, la fortune et la sécurité à la descendance “Valentin & Bongo et cie”. Autre fait important, contrairement à la fameuse et fâcheuse affaire kevazingo qui lui a fait perdre son poste de vice-président de la République, l’alliance stratégique nouée avec les “Valentin Bongo”, fait que l’on ne pourra plus jamais d’un revers de main balayé les “Maganga Moussavou”

L’avenir du Gabon se joue  autour de l’ambitieux programme de l’autosuffisance alimentaire et du retour à la terre. L’homme clé sur qui repose la réussite ou l’échec de ce projet se nomme Biendi Maganga Moussavou, fonction : Ministre de l’Agriculture.

Vive les mariés, beaucoup de bonheur et une longue vie à deux.

Anne Marie Dworaczek-Bendome

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here