65 milliards FCFA pour réhabiliter les voiries des communes de la capitale.

0
633
Dégradation de la route de Nzeng-Ayong non loin du stade et du centre de santé de cet arrondissement.

Financés à 75% par l’Agence Britannique de crédit export et à 25% par l’Etat gabonais, les travaux de rénovations des voiries dont le coût s’élève à près de 65 milliards de francs FCFA lancés la semaine dernière en grande pompe par le premier ministre chef du gouvernement Franck Emmanuel Issoze Ngondet, concerneront les communes de Libreville, d’Owendo et d’Akanda avec pour but  d’améliorer  entre autres le trafic routier.

Selon le Chef du gouvernement, la réhabilitation de la voirie dans ces trois communes, permettra significativement de faciliter la circulation des personnes et des biens et donnera ainsi plus d’accès aux équipements publics. Pour Franck Emmanuel Issoze Ngondet, ces travaux qui ne s’auraient attendre plus longtemps, auront également pour objectif d’améliorer la sécurité routière mais, aussi de participer à l’embellissement et au confort de la ville par la mise en place de mobiliers urbains.

Les travaux effectués à Libreville selon les autorités consisteront principalement à désengorger et à rénover le Boulevard du Bord de mer. A en croire les techniciens des travaux publics et de la société Colas en charge de la réalisation de ce vaste chantier, il s’agira de réhabiliter près de 112 voiries sur cinq (5) secteurs géographiques, regroupant Libreville, Owendo et Akanda.  « Nous serons en charge entre autres de la construction et la rénovation de 8 ronds-points, à savoir celui du boulevard triomphal, du camp de Gaulle, du carrefour Fopi, celui du carrefour SNI, du carrefour Barracuda mais aussi le carrefour de l’hôpital pédiatrique », a indiqué un technicien.

Désigné pour l’exécution de ces travaux, l’entreprise française Colas n’a pas souhaité pour le moment dévoilé la durée du chantier qui selon les informations reçus, pourrait générer pas moins de 700 emplois directs et indirects, permettant ainsi de résorber un temps soit peut le chômage au Gabon, tout en espérant que la livraison de l’œuvre ne souffrira d’aucune contestation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here