Richard Auguste Onouviet/Joél Ogouma : La bataille pour le contrôle du Moyen Ogooué se relance.

0
1125
Joél Ogouma, en lunette.

Après  avoir  terrasse son adversaire par un puissant  uppercut gauche poignant  lors de l’élection des membres du bureau politique du Parti démocratique gabonais (PDG), ayant coûté à  l’ancien président de l’Assemblée nationale, l’éviction de son siège de membre du comité permanent de concertation, Richard auguste Onouviet et Joël ogouma vont devoir se retrouver bientôt autour d’un énième round.  Celui de l’investiture, pour le compte du PDG, des futurs candidats du parti au pouvoir a l’occasion des prochaines élections législatives.

 

Au regard du vent qu’il a en poupe en ce moment dans la capitale provinciale avec la réalisation d’un certains nombres d’actions à caractère sociale, Joël Ogouma partirait déjà avec toutes les faveurs, pour titrer, enfin, sa revanche. Devenir le maitre incontesté de la ville du “grand blanc”. Cela lui permettra de coiffer sur le file de l’investiture, celui qui, jusque-là, se considérait comme indécrottable.

Pourtant,  non convaincu d’avoir été battu à la régulière dans un scrutin interne à leur formation politique, Richard auguste Onouviet espérait encore sortir du bout du tunnel. Dans la mesure où  il trônait encore à la présidence du perchoir de l’Assemblée nationale. La dernière décision de la haute juridiction de dissoudre  la chambre basse du parlement est venue annihiler tous les espoirs de l’homme d’atongowanga. En dépit  de la campagne de dénigrement et de division du PDG impulsée dans la ville en vue de faire tomber Joël ogouma.

En effet, Richard Auguste Onouviet devrait comprendre comme le disait Nelson  Mandela :” Ce qui  se fait pour toi sans ta présence n’est pas pour toi”. C’est dire que les  portes du siècle  de  l’opposition sont largement ouvertes pour l’ancien président de l’Assemblée nationale. Qui  avait déjà des accointances depuis l’élection présidentielle d’août 2016. Ce qui fait que Joël ogouma, à  ce jour, serait devenu le pestiféré a lambaréné   pour Richard Auguste Onouviet et les siens pour être devenu Khalife a la place du Khalife. Pour manifester cette haine, l’ancien résident de l’Assemblée nationale, avait dû  boudée, pour des raisons inconnues, sa présence aux festivités de la célébration en différée du 12 mars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here