Pas de reprise des prestations de la CNAMGS.

0
2746
Centre Hospitalier universitaire de Libreville.

Le Syndicat des médecins fonctionnaires du Gabon (Symefoga), avait fait le point de l’évolution des négociations engagées au cours d’une assemblé générale dans leurs locaux, après avoir décidé de suspendre toutes les prestations d’autant plus que depuis le 16 avril dernier, il avait décidé de suspendre toutes les prestations CNAMGS sur l’ensemble du territoire national. La date de la reprise des activités avaient été fixé pour le lundi 20 mai dernier rien y fait, refus catégorique pas question de recevoir des sujets malades avec leurs cartes CNAMGS malgré plusieurs concertations avec la tutelle et la direction de la CNAMGS.

La CNAMGS est aussi bien pour les personnels de santé, le gouvernement que pour les assurés  « est un outil qu’il ne faut pas tuer » reconnait le Symefoga qui estime que le gouvernement à intérêt à mettre les fonds nécessaires que l’on retient aux différents fonctionnaires

Le gouvernement a tout intérêt à verser un minimum vital dans les caisses de la CNAMGS pour que la CNAMGS à son tour, paie les factures des hôpitaux», a déclaré le Dr Adrien Mougougou, président du Symefoga.

Pas plus tard que samedi 25 mai dernier une équipe de nos reporters à vérifier l’effectivité de la reprise des prestations CNAMGS dans les hôpitaux de Libreville et d’Akanda il n’en est rien. Le patient est reçu comme s’il était dans une clinique ; 10000 francs les consultations, 17000 francs la radio de l’avant- bras et autres. Les patients pour le moment ne peuvent encore bénéficier du ticket modérateur dans les différentes structures sanitaires affiliées et  partenaires  par manque de paiement de la dette.

Dans les pharmacies, la réponse est négative « pas de reprise de la CNAMGS », difficile de vivre cette situation où tantôt l’on vous parle de la reprise, alors même qu’elle n’est pas encore effective à Libreville et ses communes voisines que dire de ceux-là qui sont dans l’arrière-pays tout cela à cause du non versement des parts de cotisations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here