L’exploitation des forêts communautaires comme concept de développement des communautés villageoises et de gestion durable des ressources naturelles.

0
239
Une vue d'une coupe dans une forêts

Portée par la loi no 16-01 du 31 décembre 2001 portant code forestier en République gabonaise la notion de foret communautaire est introduite dans nos communautés.

 

En effet, avec la mise en place des forêts communautaires sur l’étendue du territoire nationale, les communautés peuvent désormais améliorer leurs conditions de vie et assurer le développement des villages en gérant durablement leurs forêts et en créant des activités
génératrices de revenus.

 

Grace à ce modèle de gestion, elles peuvent désormais être autonome et, avec les
retombées de l’exploitation de la forêt communautaire, la communauté peut développer
plusieurs projets d’utilité communautaire tel, l’électrification des villages, l’hydraulique
villageoise, les dispensaires, les école, les AGRs etc.).

 

Mais, qu’est-ce qu’une forêt communautaire ?

D’après l’article 156 du code forestier, « La forêt communautaire est une portion du domaine forestier rural affectée à une communauté villageoise en vue de mener des activités ou d’entreprendre des processus dynamiques pour une gestion durable des ressources naturelles à partir d’un plan de gestion simplifié ». Ce plan simple de gestion consiste à faire l’étude sociaux économique et de déterminer les différents types d’activités à mener en fonction des ressources disponible dans les quatre blocs dont chacun sera exploité pendant cinq ans.

 

Aux termes de l’article 157 du code forestier, les forêts, les forêts communautaires sont
créés dans les conditions fixées par voies réglementaires dans le domaine forestier rural, a la demande d’un village, d’un regroupement de village, d’un canton dans l’intérêt général de communautés villageoises concernées. De plus, l’administration des Eaux et Forêts doit
apporter une aide gratuite aux communautés pour la création et la gestion de cette forêt.
Les revenus issus de la forêt communautaire ne sont pas taxés.

 

Dans le Département de la Mvoung, on enregistre deux forêts communautaires en
convention définitive à savoir, la forêt communautaire du regroupement des villages
Koumameyong et Ekarlong (AVOLE-NLAME) et celle de NGOKOELA (Ovan). La création de ses forêts communautaires s’est faite avec l’assistance de l’administration des Eaux et Forêts, du projet DACEFI et de la FAO.

 

Malgré l’engouement de plus en plus fort pour la foresterie communautaire manifesté par
les populations villageoises, il est à déplorer, le non-respect du plan simple de gestion par les associations villageoises ; la majorité des communautés bénéficiaires d’une FC choisissent comme activités unique que l’exploitation du bois d’œuvre, qui génère plus et rapidement de revenus. Malheureusement, c’est cette activité qui est a l’origine des divisions au sein des communautés.

 

Dans la plupart des villages, les communautés se plaignent essentiellement de n’avoir pas
été formé avant l’attribution de la convention définitive pour mieux appréhender les
mécanismes de gestion de leur forêt communautaire, toute chose qui retarde le
développement des activités. C’est dans le but de soutenir ses associations que l’ONG Conservation Justice intervient auprès des communautés pour les formés et les appuyés
pour une meilleure gestion de la forêt communautaire car, il reste encore bien de points
d’ombre à résoudre afin que le concept de forêt communautaire ne soit pas perverti ou
détourné de son but premier qui est de servir la communauté villageoise.

Source: Conservation Justice

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here