Gabon : Pris de remord après le décès de son père, la fille du défunt Tchitcho Bello avoue avoir menti

0
1152
Le Palais de Justice de Libreville (à gauche) et la prison centrale de Libreville "sans familles" (à droite)

La nouvelle a fait le tour des réseaux sociaux en une fraction de seconde le week-end dernier. Accusé d’avoir violé sa propre fille, le défunt Tchitcho Bello, le roi des cocktails aux mille arômes naturels à la défunte RTG au Gabon est mort en prison il y a quelques mois.

Désespéré et affaibli par la maladie qui le gangrénait sans possibilité de soins à la prison centrale de Libreville, il avait clamé son innocence jusqu’à ce qu’il meure dans sa cellule insalubre, étroite de la prison centrale de Libreville, raconte une source.

Seulement voilà. Aujourd’hui, on assiste à un véritable un coup de théâtre dans l’affaire de ce prétendu viol qui a pris une tournure dramatique, après avoir été nié par ses amis et dont certains sont des conseillers en communication aujourd’hui.

En effet, la fille du défunt Tchitcho Bello avoue avoir menti. Ne pouvant plus supporter de garder dans sa conscience, le poids d’une aussi grande trahison envers son géniteur, elle se serait confiée aux parents de son défunt père auprès desquels elle aurait reconnu avoir menti sur son papa poussée par la femme de ce dernier qui avait inventé toute cette histoire dans le but de le nuire. Convaincu finalement de l’innocence de Tchitcho Bello, ses parents ont décidé de ramener l’affaire devant les magistrats afin que justice lui soit rendue et que son image soit blanchie de façon officielle.

Encore une fois la légèreté avec laquelle la justice Gabonaise traite des histoires de viols et d’incestes au sein des familles parfois sans preuves, ne peut qu’endeuiller des familles et dans tous les cas jamais la justice corrompue du Gabon indemnise les innocents qui passent parfois des mois voire des années derrière les barreaux pour rien !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here