Faits divers : Poignardé par son frère !

0
2582
Mouckaga Scarlyn de son vivant.

La scène macabre a eu lieu au sud de Libreville dans la commune d’Owendo, précisément au quartier Akournam.

C’est une histoire banale qui a conduit à la mise à mort, dans la nuit du dimanche 19 au lundi 20 janvier de Mouckaga Scarlyn, la trentaine. la tragédie s’est passée  dans la commune d’Owendo ; précisément à Akournam. Scarlyn Moukaga, un bon vivant,  connu pour ses excès de colère, a eu une dispute  avec sa tante, mère de Naoutsi Ange, au sujet d’une banale histoire de factures seeg impayées et de locataires.

Plus tôt, la victime Scarlyn s’est vu rabrouer le caquet par sa tante, petite sœur de sa mère  qui l’accusait de récupérer indûment l’argent des locataires qui payent le courant sans payer les tickets Edan au montant remis. Devant la replique véhémente du neveu ; sa tante s’est mise dans une colère noire par des insultes et autres allusions au point ou elle a promis le chasser du terrai, familial, leur lieu d’habitation.

Ne pouvant plus supporter les répliques de Scarlyn, elle promet appeler son fils pour lui venir à la rescousse. Devant témoins, elle a promis dire à son fils qu’elle est battue  par Moukaga Scarlyn et que lui ; son fils, devrait intervenir.

Ce qui fut fait. C’est donc à partir de ce grossier mensonge que Nzoutsi Ange, très en colère, décidé à venger sa mère, va débarquer au domicile de Scarlyn Doukaga, armé d’un couteau. Il entrera directement dans la chambre de Scarlyn Doukaga dans la pénombre où il lui assénera trois coups de coups de couteau au ventre. Surpris, Scarlyn n’aura pas le temps de réagir. Il s’écroulera sur place dans la chambre, les viscères dehors. Les proches n’ont pas pu rallier l’hôpital que la victime était  décédé.

Nzoutsi Ange, qui médite son sort dans les geôles de la police en attendant d’être présenté devant le parquet pour être jugé, déclare regretter son acte et accuse sa mère de l’avoir trahie : « Maman a gâché ma vie. Pourquoi m’a-t-elle menti ? Je regrette. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here