Face à la situation relative au terminal pétrolier du Cap Lopez à Port Gentil Georges Mpaga réagit.

0
778
Georges Mpaga, Président Exécutif National du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon (ROLBG)

Ce 28 avril 2022 à 11H, une fuite a été détectée sur le bac R17 du Terminal Cap Lopez de Port-Gentil, terminal actuellement exploité par la société Française Perenco S.A, depuis la cession faite avec Total-Gabon. Au moment de la fuite, le bac contenait 50,000 m3 de pétrole brut en attente de chargement pour l’export.

Face à la fuite, par le manque de maîtrise dans ce cas extrême les opérations de pompage n’ont pas été immédiatement arrêté par les équipes ce qui avait pour conséquence l’amplification de la fuite des les merlons de soutènement et le débordement de plus 50.000m3 de pétrole autour des installations du 1er Terminal pétrolier du Gabon. Générant ainsi un impact majeur et préjudiciable à la flore et à la faune marine dans les environs sur plus un rayon de 2km2. Déjà, on observe que le champ de pollution est de plus de 15 km en linéaire et cette nappe de pétrole avec les mouvements marins pourraient attendre toute la côte de la province de l’Ogooué Maritime dû fait de la rétention rapide des grands courants marins dans cette pointe du Cap Lopez. Il est à noter des risques très élevés de la pollution sur toute la façade maritime du Gabon et même au-delà du territoire gabonais, vers les pays côtiers du Congo voisin et de l’Angola donc particulièrement les pays du Golfe de Guinée, d’où un risque majeur de cette nième pollution de Perenco S.A à grande échelle et des conséquences dommageables sur les écosystèmes marins.

Cet accident qui intervient au moment où la compagnie PERENCO qui administre désormais le terminal pétrolier de Port-Gentil, est poursuivie par le ROLBG devant le tribunal de Port Gentil pour multiples crimes environnementaux consécutifs à son incompétence en matière d’exploitation pétrolière. Rappelons-nous que 60 ans durant, le terminal du Cap Lopez était sous la responsabilité de Total sans qu’y ait d’accidents de cette envergure.

Plus que jamais le ROLBG compte amplifier les actions judiciaires au Gabon et l’étranger afin d’aboutir la condamnation de PERENCO, et à même la cessation des activités de cette entreprise qui viole les lois gabonaises et dont fonctionnement rime avec l’opacité, la prédation et le pillage des ressources extractives.

Présentement dans la province de l’Ogooué le ROLBG est résolution déterminé à mener une lutte sans merci contre PERENCO les activités criminelles de PERENCO qui nuisent gravement au secteur extractif gabonais, et ce dans l’intérêt des communautés impactées par les pollutions générées par cette dernière.

Georges MPAGA, Président exécutif National du Réseau des Organisations Libres de la Société Civile pour la Bonne Gouvernance au Gabon (ROLBG)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here