Vol de bébé à Bitam: le scandale de trop d’un Ministre de la République !

0
1071
L’ancienne Ministre des Transports, Flavienne Nfoumou Ondo

Ces dernières  années, les Ministres du gouvernement font les choux gras de la presse. Des scandales qui ternissent l’image du Gabon à l’extérieur, remettant en cause le choix des personnalités qui, après quelques années passées au gouvernement et aux côtés du Chef de l’Etat, s’avèrent être de mauvaise moralité.

Doit-on instaurer  une  enquête de moralité pour toutes les personnalités  qui aspirent au poste de Ministre de la République ? La question vaut son pesant d’or, après l’incarcération de l’ancienne Ministre des Transports, Flavienne Nfoumou Ondo,  pour trafic d’enfant.

En effet, l’ancienne Ministre du Gabon, a été  placée sous mandat de dépôt depuis le 27 novembre 2020, à la prison centrale de Libreville,  pour avoir été au centre d’une transaction de vente d’une fillette à Christiane Ebang Asseko à Bitam, en contrepartie d’une somme de dix millions de francs CFA.  Un véritable scandale pour le Gabon, quand on sait que cette dame durant une bonne période a non seulement dirigé les affaires de la nation, mais elle a aussi représentée le pays à l’extérieur. Quelle crédibilité peut-on accorder aux autorités gabonaises à l’extérieur si, ces Ministres sont impliqués dans des affaires louches qui  ternissent l’image du pays ?

Raison pour laquelle, des réflexions doivent se faire au niveau de toutes les institutions pour envisager des enquêtes de moralité avant de nommer une quelconque personnalité à la tête des Ministères.

La prison centrale de Libreville, semble désormais regorger plus de cadre du pays que les jeunes  délinquants de la rue. Travailler aux côtés du Chef de l’Etat est un honneur, et non une école de formation pour apprendre à voler ou commettre des larcins. L’image que toutes ces autorités renvoient à la jeunesse gabonaise est très déplorable. Vu la gravité des chefs d’accusation, le Chef de l’Etat, qui aspire à offrir aux jeunes gabonais, un environnement où il fait bon vivre, devrait y réfléchir, car, cela y va de la renommée de la Nation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here