Un trafiquant de faut médicaments libre malgré des preuves accablantes.

0
123
La présence des faux médicaments sur le marché.

Un ressortissant gambien détenteur de 3 navires exerçant dans l’importation des faux médicaments en provenance d’Afrique de l’ouest à été remis en liberté par le parquet de Libreville devant lequel il avait été présenté le 6 mai dernier. Une décision surprenante tant le mis en cause a reconnu les faits qui lui sont reproché.

Le cas d’une décision rendus  en faveur d’un commerçant de nationalité gambienne installé au Gabon. Cet individu s’est rendu coupable d’importation de produits pharmaceutiques contrefaits qu’il écoule très souvent dans nos marchés.

L’information faisant état d’un important trafic de faux médicaments à été transmise aux limiers de la brigade de Setrag dans la commune d’Owendo le 25 avril 2019 par une source qui a requis l’anonymat. Cette dernière précisant que la marchandise illégale se trouvait à soduco dans un entrepôt dans le 5ème arrondissement de Libreville. Ils s’y rendront seulement 2 jours après soit le 27 dudit mois. Sur place, les gendarmes dénichent une mine d’or de produits nocifs pour la santé publique notamment les médicaments contrefaits et des boissons frelatées.

Interpellé et conduit à ladite brigade, le mis en cause s’est prêté au traditionnel interrogatoire durant lequel il a admis son forfait. Chose étrange et intrigante, il n’a livré aucun nom sur les destinataires de cette cargaison. Aussi, les enquêteurs découvriront que l’importateur est un récidiviste. Et pour cause, il est propriétaire de 3 navires qui accostent quotidiennement au port d’Owendo. Autre chef d’accusation pouvant entériner la décision des juges, le fait que le présumé coupable aurait proposé de l’argent à l’enquêteur détenant le dossier afin de brouiller les pistes. Ces faits n’ont pas été importants pour le parquet qui a décidé contre toute attente de le remettre en liberté après  audition. Une décision qui n’a pas fini de faire jaser en interne comme en externe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here