Rituel pour cérémonie d’offrandes à la Pointe Denis : Les directives.

0
791
Cérémonie traditionnelle

La Princesse Marie Anne Ankombie Rapontchombo du Trône du Roi Denis Rapontchombo, Conservateur du Patrimoine et des Attributs Royaux de Pointe Denis au Gabon, a délivrée une note circulaire le 14 février 2020, à l’attention des opérateurs économiques et des plaisanciers de la Pointe Denis et des environs.

Elle y annonce que dans le cadre de l’organisation des cérémonies traditionnelles qui se dérouleront du 20 au 23 février 2020 à la Pointe Denis, les opérateurs économiques et les plaisanciers sont informés de ce que la journée du dimanche 23 février 2020 sera consacrée aux offrandes en mer et dans les rivières.

A cet effet, ils sont priés de prendre toutes les dispositions nécessaires afin d’éviter toute activité sur l’estuaire du Komo et l’océan atlantique :

  • Pour les plaisanciers et les opérateurs économiques : s’abstenir de toute activité durant la journée du dimanche 23 février 2020 ;
  • Pour la pêche : s’abstenir de toute activité de la période du 23 au 28 février 2020.

Les rites sont calendaires puisqu’ils doivent être accomplis chaque année sous une forme quasi identique. Dans la pratique comme dans la théorie, ils ponctuent le travail et sa croissance. Ainsi est constituée une boucle, un cycle comprenant des rites qui présentent en général une structure simple, voire répétitive, avec trois éléments essentiels sacrifice, offrandes, invocations.

L’important est donc le sacrifice prescrit. Grâce à lui et à la fumée qu’il engendre, la communication avec le sacré s’établit : les puissances surnaturelles sont honorées et elles accourent guidées par des fragrances appréciées. Pourtant, qui dit rite sacrificiel, dit par conséquent offrandes et invocations. Les interdits sont passés sous silence, pourtant le fait qu’ils soient soulignés dans le nom des deux rites qui les concernent et leur nombre connotent le rôle essentiel des prescriptions négatives dans le culte rendu aux divinités et aux ancêtres. Celles-ci constituent en quelque sorte un arrière-plan toujours présent en période de célébration du rituel et aussi dans la vie quotidienne avec les interdits de tous les jours.

Il importe de garder en mémoire l’obligation absolue de séparer les deux parties du système rituel, sinon les récoltes et les villageois en subiront les conséquences néfastes, en témoignent certains des interdits. Nombre de mauvaises récoltes sont imputées au fait que, sous l’influence de religions nouvelles, des membres de la communauté enfreignent le dualisme rituel et les autres prohibitions.

Aussi, la Princesse Marie Anne Ankombie Rapontchombo compte sur la compréhension des opérateurs économiques et des plaisanciers, et leur présente toutes ses excuses pour ce désagrément.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here