La misère des joueurs de l’AO CMS. Quand la passion du football vire au cauchemar.

0
418
le patron du Centre Mberi Sportif, Bosco Fall Alaba semble perdre le contrôle de l'équipe.

Malgré un parcours difficile lié à une maltraitance inhumaine par le patron du Centre Mberi Sportif, Bosco Fall Alaba, les joueurs du club vont t’ils gardés leur motivation ? C’est le scénario le plus noir que pouvait vivre les footballeurs de l’AO CMS arrivé premier du piètre championnat bancal du Gabon. Engagé dans la campagne des préliminaires de la champions league Africaine sans réels préparation et soutien financier de l’ancien procureur et les instances sportive du pays, les footballeurs de cette académie sportive ont été relégués au rang de sous-homme par leur patron mécontent du résultat obtenu à N’djamena au Tchad. Comme punition ils ont rejoint Libreville en voiture.

Une telle maltraitance morale et physique est la confirmation que ce sont encore des petits esprits qui dirigent nos clubs de football. Les joueurs de cette formation malgré l’instabilité permanente au sein de l’administration avec le changement de coach et autres personnels, à cela s’ajoute des arriérés de salaire ont marqués leurs dévolus pour en récolter humiliation tel des va-nu-pieds, un bétail qu’on sort d’un dortoir pour être acheminer vers un poulailler pour une  destination d’origine. Bosco Fall Alaba a pris son vol pour regagner Libreville en abandonnant son équipe de football au Tchad afin de rentrer au Gabon en bus, un cauchemar jamais pensé du candidat arrivé 3ème de la dernière élection du président de la Fédération Gabonaise de Football (Fégafoot), un signe peut-être révélateur de ce que devait vivre nos soldats du foot si la bêtise avait été commise.

Triste sort quand on sait tous les dangers auxquels sont souvent exposer les voyageurs de la discipline en bus, ces routes minés des individus de mauvaise moralité qui attaquent et assaillent les occupants. La sélection nationale du Togo est un souvenir loin d’être oublié ou encore des jeunes footballeurs ivoiriens en aventure vers la Mauritanie. Les jeunes abandonnés dans un pays qu’ils ne connaissent pas, en situation irrégulière et sans que leur famille soit au courant est un mal pour le football gabonais. « Le voyage pour venir à Libreville était pénible, j’ai vite perdu le sourire une fois sur mon lit, nous avons été traité comme des esclavagistes ayant déçu leur maitre c’est quelle genre de président est il réellement ? » déclare un joueur sous anonymat. Et cette gobeuse des sous de la Linafp pourrait réagir contre la direction désinvolte de l’AO CMS ? Son silence  devant le commissaire n’est pas étonnant à la lecture de leur rapprochement. L’homme au rire tonitruant du Ministère des Sports Franck Nguema que fait-on ?

Le comportement est indigne d’un homme de son rang, homme de loi, soumettre des pères de famille à une misère de l’époque de la féodalité ainsi que l’autorité loyale. Des meilleurs joueurs du moment Nono Nani, Stéphane Manimé, D’Alliance Allogho, Moussounda, Fall Mamadou, Oyougou, Fassassi Mohamed ont fait l’objet d’une torture synonyme de punition de leur élimination au préliminaires de la champions league africaine. Cette sortie de route d’Alaba Fall confirme les dire du coach Brice Ondo « Bosco Alaba Fall prend ses joueurs et son staff comme des bêtes » Une situation floue, incertaine qui ne contribue pas au développement du football gabonais mais, plutôt lourd et pesant. Voila le rêve du football gabonais le calvaire est grand et il faut avoir du cran pour manifester un amour de longue vie avec telle organisation !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here