Hôtel de Ville : Disparition des maisons familiales.

0
139
A la mairie de Nzeng-Ayong, dans le 6ème arrondissement de la commune de Libreville, en rose l'une des maisons familiales.

Les différentes maisons familiales mises en place par l’ancienne équipe de l’hôtel de ville de Libreville dans les mairies d’arrondissement pour aider les filles-mères économiquement faibles à travers l’apprentissage des métiers n’existent plus que de nom.

« A l’heure où les autorités de ce pays prônent  l’émergence ou encore l’égalité des chances, l’on se pose bien la question de savoir à quel niveau se situe le projet des maisons familiales de l’hôtel de ville de Libreville ? » s’interroge Dame Mavoungou.

La disparition de ces maisons familiales qui consistaient à rendre la femme autonome au sortir de la formation à l’exemple de sœur Hyacinthe Antini qui se trouvait à la mairie du 3ème arrondissement à Nombakélé serait due au manque d’équipement devant servir à l’apprentissage des futurs apprenants.

Aujourd’hui, ces maisons familiales abritent désormais les services d’état-civil entre autres, la célébration des mariages et la transcription des actes de naissances a pour conséquence l’absence de formation avec tout son corollaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here