Gabon/Covid-19 : Nkoghe Bekale : Que la réflexion fut difficile.

0
505
Le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale

La rédaction met à votre disposition le discours intégral du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale sur le Plan de Riposte et de Soutien Economique et social contre le Covid-19 (Acte II) :

« Chers  concitoyens ;

Chers  amis  des médias publics et  privés ;

Mesdames et Messieurs ;

Nous  nous  sommes  engagés,  les  membres  du Gouvernement  et  moi-même,  de  vous  rendre   régulièrement  compte  de  la  mise  en  œuvre  des  mesures relatives  à  la  riposte  contre  la  pandémie  du  Coronavirus dans notre pays.

Mais  avant  de  vous  faire  le  point  de  ces  mesures,  il  est important  de  faire  un  rappel  de  la  situation  actuelle  de  la pandémie au  Gabon.

Aujourd’hui,  nous  enregistrons  176  cas  positifs  au Covid.19,  30  guérisons et  trois  (3) décès.

Le  Coordonnateur  Général  du  Comité  Technique,  le  Pr. Médecin  Général,  Romain  TCHOUA  et  la  Présidente du  Comité  Scientifique,  Pr.  Marielle  BOUYOU  ATOKET reviendront  plus  largement  sur  l’évolution  de  la  courbe épidémiologique dans notre pays.

Les  mesures  préventives  prises  par  le  Gouvernement    ont permis  de  réduire  l’incidence  de  la  pandémie  du  Covid-19 dans notre pays.

A  ce  jour,  les  autorités  sanitaires  internationales  n’ont  pas officialisé  un  plan  de  diagnostic  et  de  traitement permettant de  mettre fin à  cette pandémie.

Chaque  pays  adopte  des  stratégies  de  riposte  adaptées  à ses réalités socio-économiques.   D’après  l’OMS,  notre  pays  vit  en  ce  moment  la  phase ascendante  de  la  courbe  de  propagation  de  la  pandémie et  nous  nous  rapprochons  irréversiblement  du  pic  de l’épidémie,  qui  pourrait  intervenir  entre  la  fin  du  mois  mai et mi-juin 2020.

Le  Ministre  de  la  Santé  et  les  experts  ici  présents reviendront  sur  ce point avec force et détail.   Notre  stratégie  de  riposte  est  évolutive,  flexible  et adaptable  en  fonction  de  la  connaissance  que  nous  avons de la maladie et des expériences des autres pays.

Chers  concitoyens  ;

En  vertu  du  principe  de  précaution  et  de  la  politique  de non-regret,  le  Gouvernement  a  pris  la  décision  de  placer les  communes  de  Libreville,  Owendo,  Akanda  et  Ntoum ainsi  que  la  station  balnéaire  de  la  Pointe  Denis,  en confinement total  depuis le 12 avril 2020.

Les  objectifs  du  Gouvernement  dans  la  gestion  de  cette crise sanitaire sont clairs.

Il s’agit de  :

–  limiter  la  progression  de  cette  pandémie  à  travers  la prise  des  décisions  parfois  contraignantes  mais nécessaires  ;

–  sauver  des  vies  à  travers  le  plan  de  riposte  en sensibilisant les populations  ;

–  soulager  les  entreprises  et  les  familles  impactées grâce  au plan  de soutien économique et social.

Dans  cette  crise  sanitaire  d’ampleur  inédite  pour  notre pays,  le  devoir  du  Gouvernement,  notre  devoir  est  d’être aux  côtés  de  chaque  gabonais  et  de  chaque  gabonaise  et des  communautés  étrangères  ayant  choisi  de  vivre  dans notre pays.

Conformément  à  la  volonté  du  Président  de  la  République,   le  Gouvernement  que  j’ai  l’honneur  de diriger  veillera  à  ce  que  toutes  ces  mesures  soient effectivement  mises  en  œuvre  pour  le  bénéfice  de  tous nos  compatriotes,  pour  le  bénéfice  des  familles vulnérables  dont  le  niveau  de  vie  est  affecté  par  cette crise  et  pour  le  bénéfice  de  toutes  les  entreprises  dont l’activité est impactée.

Le  Président  de  la  République,  Ali BONGO  ONDIMBA  et  son  Gouvernement  sont  toujours attentifs,  en  alerte  et  présents  aux  côtés  des  gabonaises et  des  gabonais  pour  qu’ensemble  nous  sortions  grandis et solidaires de  cette crise inédite.

Chers  concitoyens  ;

Selon  les  études  scientifiques  menées  à  ce  jour  à  travers le  monde,  cette  pandémie  du  Covid-19  est  appelée  à durer.  Nous  devons  apprendre  à  vivre  avec  elle  et  à  nous comporter en  conséquence.

La  discipline  individuelle  et  collective,  l’esprit  de  sacrifice de  chacun  d’entre  nous  sont  nécessaires  pour  la  survie  de tous.

Le  Gouvernement  comprend  l’impatience  de  beaucoup d’entre  vous  qui  souhaitez  que  notre  pays  sorte  au  plus vite de  cette crise  et reprendre  une vie  normale.

Toutes  ces  privations  de  liberté  sont  nécessaires  et  plus que  vitales.

Chers  concitoyens  ;

En  raison  du  caractère  inédit  de  cette  crise,  tout  n’a  pas été  facile,  mais  nous  tenons  le  bon  bout  avec  un  de  plan de  riposte  cohérent  et  une  détermination  à  toute  épreuve.

Au  terme  de  cette  période  du  confinement  total  de  15 jours  du  Grand  Libreville  dont  la  mise  en  œuvre  n’a  pas été  parfaite,  cette  mesure  a  permis,  selon  les  spécialistes, de  limiter  la  propagation  de  la  pandémie  à  l’intérieur  du pays  et  de  décélérer  sa  vitesse  de  propagation.  Le  nonconfinement  total  du  Grand  Libreville  aurait  certainement empiré la situation.

Malgré  tout,  nous  avons  observé  que  cette  thérapie  a  des effets  secondaires  et  fait  apparaitre  des  nouveaux  périls auxquels le Gouvernement  doit  faire  face  : mécontentement  localisé  dans  certains  quartiers,  montée en  puissance  d’une  criminalité  opportuniste  et  risque  de déstabilisation  sociale.

Je  rappelle  que  la  crise  sanitaire  que  nous  vivons  n’a  pas suspendu  l’application  des  lois  en  vigueur  pour  réprimer les actes de délinquance.

A  ce  propos,  le  Gouvernement  met  en  garde  les  auteurs des  actes  visant  à  exploiter  le  stress  ou  la  détresse  des populations  pour  tenter  de  créer  la  psychose  dans  un contexte  de  crise  grave  qui  requiert  au  contraire,  l’Union Sacrée de  la Nation.

Cette  mise  en  garde  s’adresse  également  à  ceux  qui parasitent  les  numéros  verts  mis  à  la  disposition  du  public pour  les  saturer  volontairement,  aux  lanceurs  d’alerte  sur les  réseaux  sociaux  qui  propagent  des  fausses  nouvelles et à ceux qui leur servent de  relais.

Le  Gouvernement  ne  saurait  indéfiniment  tolérer  de  tels agissements  au  moment  où  notre  pays  affronte  un ennemi invisible et qui menace  notre  existence.

Chers  concitoyens  ;

Sur recommandation  des  experts  nationaux  et internationaux,  le  Gouvernement  a  décidé  d’un confinement  partiel  et  géographique  du  Grand  Libreville, assorti  des  modalités de  mise en œuvre ci-après  :

1-  Pour  l’ensemble de la population

–  Interdiction  de  circuler  entre  18h00  et  6h00  du matin  sur  toute l’étendue du  territoire national  ;

–  Interdiction  de  circuler  entre  le  Grand  Libreville  et l’intérieur du pays (sauf  autorisation spéciale)  ;

–  Port  obligatoire  de  masques  dans  les  espaces publics  sur  l’ensemble  du  territoire  avec  possibilité  d’une amende pour les contrevenants.

Concernant  le  port  obligatoire  de  masques,  le Gouvernement  travaille  à  assurer  leur  disponibilité  en mettant  à  contribution  la  taillerie  de  l’Armée  et  des artisans  locaux  pour  confectionner  les  masques  lavables et réutilisables.

Les  Forces  de  défense  et  de  sécurité  sont  instruites  de faire  appliquer  cette  mesure  de  port  de  masque  dans  les espaces  publics  en  faisant  preuve  de  fermeté  mais  dans la courtoisie  et  la  pédagogie.

2-  Pour les administrations et  les  entreprises

–  Encourager et promouvoir le  télétravail  ;

–  Retour progressif en  activité  des administrations et entreprises ;

–  Réaménagement  des  horaires  de  travail  de  7h30  à 14h00  ;

–  Obligation  d’installer  un  dispositif  de  contrôle  sanitaire à l’entrée  des  administrations  et  des  entreprises (Thermoflash, masques, gel  hydroalcoolique,  etc.)  ;

–  Port de masques obligatoire sur les lieux de travail. 3-  Pour les commerces et  les  marchés

–  Maintien  de  l’ouverture  des  marchés  et  des  commerces d’alimentation  ;

–  Ouverture  des  petites  activités  telles  que  les  salons  de coiffure, garages, vulcanisateurs, métiers l’artisanat  et d’autres services  à la personne  ;

–  Réouverture  progressive  des  autres  commerces (quincaillerie,  bâtiments  et  construction,  fournitures  de bureaux, mobilier,  électroménagers, etc.)  ;

–  Respect  du  marquage  au  sol,  mesures  barrières  et  de distanciation sociale  ;

–  Obligation du  port  des masques dans les commerces et les marchés  ;

–  Disponibilité de  gels hydro alcooliques  dans les espaces commerciaux et les marchés.

Le  Ministre  de  l’Intérieur,  le  Ministre  de  la  Défense  et  le Ministre  du  Travail  préciseront  les  modalités  de  mise  en œuvre  du  nouveau  dispositif  du  confinement  partiel  et géographique  du Grand  Libreville.

Ce  nouveau  dispositif,  associé  au  dépistage  massif,  au plan  de  contingence  sanitaire  révisé  et  soutenu  par  nos partenaires  ainsi  que  la  réorganisation  du  système  de prise  en  charge  des  patients,  le  Gouvernement  espère contenir  la  pandémie  et  à  terme  inverser  la  courbe  de contamination.

Chers  concitoyens  ;

Malgré  l’atténuation  du  dispositif  d’urgence  sanitaire  que je  viens  de  décrire,  il  reste  tout  de  même  éprouvant  pour les  populations,  et  en  particulier  pour  les  plus  fragiles  et en situation de  détresse.

C’est  pourquoi,  le  Président  de  la  République,  Ali  BONGO  ONDIMBA  a  décidé  de  maintenir toutes  les  mesures  à  caractère  social  qu’il  a  annoncées dans son message à  la Nation  du  03 avril 2020  à savoir  :

–  la  prise  en  charge  des  factures  d’eau  et  d’électricité pour  les  personnes  les  plus  fragiles  et  économiquement faibles  ;

–  la  suspension  durant  le  temps  de  confinement  des paiements  de loyers  des personnes  sans revenus  ;

–  la  prise  en  charge  par  l’Etat  des  pertes  des  petits propriétaires  liées  à  la  suspension  du  paiement  des loyers  ;

–  la  gratuité  des  transports  publics  terrestres  assurés  par les compagnies publiques  ;

–  l’octroi  d’une  aide  alimentaire  aux  personnes  en situation de  détresse  et d’urgence.

Les  Ministres  qui  m’accompagnent  ce  matin  feront  le  point de  ces  mesures,  chacun  dans  son  domaine  de compétence  et  apporteront  des  éclairages  aux  éventuels questionnements.

Sur  la  question  de  la  distribution  de  l’aide  alimentaire,  je voudrais  rassurer  l’ensemble  des  populations  concernées  par  cette  mesure  que  personne  ne  sera  oubliée  ou  laissée pour compte.

Je voudrais  ici  saluer  l’initiative  de  nombreux   compatriotes  qui  manifestent  de  plus  en  plus  leur solidarité  en  faveur  des  populations  vulnérables  et viennent en  soutien aux efforts du  Gouvernement.

En  ces  temps  de  crise  soyons  plus  solidaires,  les  uns  avec les  autres.  Sachons  taire  nos  divergences  pour  apporter l’aide et le réconfort  aux plus  démunis.

Toutefois,  je  voudrais  rappeler  à  ceux  qui  sont  chargés  de la  distribution  de  cette  aide  alimentaire  sur  le  terrain  de préserver  la  dignité  humaine,  en  évitant  d’exposer  la détresse  de  nos  concitoyens  et  de  respecter  strictement les  gestes  barrières  et  les  mesures  de  distanciation sociale.

Chers  concitoyens  ;

Le  Gouvernement  est  à  vos  côtés  pour  faire  face  aux conséquences  économiques  de cette pandémie.

Le  Plan  de  soutien  économique  est  donc  l’autre  pilier  pour faire face aux  effets  dévastateurs  du Covid-19.

Ce  Plan  vise  à  soutenir  l’outil  de  production,  à  maintenir les  emplois  et  à  assurer  une  reprise  rapide  des  activités économiques.

Le  dispositif  opérationnel  de  ce  Plan  de  soutien  sera précisé par le Ministre de l’Economie et des Finances.

Je  rappelle  que  notre  pays,  comme  le  Monde  entier  fait face  à  une  crise  sanitaire  dont  les  conséquences  sur  le tissu économique et social sont sans précédent.

Le  FMI  prévoit  une  croissance  négative  de  3%  pour l’économie mondiale  en 2020.

Alors  que  notre  pays  devrait  renouer  avec  une  croissance de  l’ordre  de  3,8%  cette  année  au  prix  de  douloureux sacrifices  et  des  réformes  courageuses,  cette  crise  va anéantir  tous  nos  efforts  antérieurs  et  induire  une croissance  réelle proche  de zéro.

C’est  pourquoi,  le  Plan  de  riposte  économique  appuyé  par nos  partenaires  techniques  et  financiers,  aura  pour ambition  d’éviter  à  notre  économie  d’entrer  en  récession et d’assurer  un atterrissage en  douceur en  2020.

Il  s’agit  également  de  préparer  notre  économie  à  saisir  les fenêtres  d’opportunités  qui  seront  laissées  par  d’autres pays  plus  touchés  par  cette  crise  et  amorcer  une  reprise d’une croissance soutenue dès  2021.

La  crise  économique  consécutive  à  cette  pandémie  du Covid-19  affecte  indifféremment  tous  les  pays  fussent-ils avancés,  à  revenu  intermédiaire  comme  le  Gabon  ou  à faible revenu.

Les  règles  de  gouvernance  macro-financière  dans  tous  les Etats  sont  remises  en  cause.  Les  pactes  de  stabilité  et  les critères  de  convergence  des  zones  économiques  et monétaires  sont levés.

Des  initiatives  jamais  imaginées  auparavant  sont  prises par  les  Etats  au  nom  de  la  souveraineté,  de  la  survie  des Etats et des Peuples.

Pour  notre  pays,  la  baisse  drastique  de  nos  recettes  sera telle  que,  le  Gouvernement  sera  amené  à  revoir  ses priorités  et  effectuer  des  arbitrages  pour  répondre  à l’urgence sanitaire et assurer l’accompagnement économique  et social des entreprises et des populations.

C’est  dans  cette  optique  que  le  FMI  a  approuvé  un décaissement  de  147  millions  de  dollars  pour  le  Gabon  au titre  de  l’instrument  de  financement  rapide  pour  faire  face à la pandémie  du  COVID-19.

Le  Gouvernement  salue  cet  effort  du  FMI,  mais  le  besoin de  financement  est  tel  que  l’aide  d’urgence  et l’ajustement interne  seront largement insuffisants.

C’est  pourquoi,  le  Gabon  salue  l’initiative  des  pays  du  G20 qui  ont  consenti  aux  pays  à  faible  revenu  un  moratoire sur  les  remboursements  de  prêts  gouvernementaux bilatéraux.

Cette  initiative  est  également  insuffisante.  Elle  reproduit les traitements classiques de report ou de rééchelonnement  de  la  dette  qui  ont  par  le  passé  conduit vers  une impasse.

Le  Gabon,  comme  d’autres  pays  africains  est  favorable  et plaide  pour  une  annulation  de  la  dette  des  pays  africains sans distinction de  catégorie.

En  effet,  l’annulation  pure  et  simple  des  échéances  de dette  par  les  partenaires  bilatéraux  et  multilatéraux  serait une  bouffée  d’oxygène  significative  pour  amortir  le  choc de cette crise et assurer la relance de l’économie.

Au  niveau  de  la  CEMAC,  le  Gouvernement  se  félicite  de l’initiative  de  la  BEAC  consistant  à  soutenir  les  banques  de la sous-région  par injection  des liquidités.

Là  aussi,  le  Gouvernement  gabonais  souhaite  que  la  BEAC joue  un  rôle  plus  important  en  proposant  des  mécanismes de  soutien  aux  Etats  qui  ont  cours  dans  d’autres  zones monétaires  tels  que  le  rachat  d’une  partie  des  titres publics  émis  sur  le  marché  financier  sous-régional  ou  un retour momentané aux avances statutaires.

Nous  allons  partager  ces  réflexions  avec  nos  pairs  de  la sous-région  de  la  CEMAC  dans  les  prochains  jours  afin d’avoir  une  position  commune  et une  action  coordonnée.

A  moyen  terme,  il  s’agit  de  saisir  l’occasion  de  cette  crise pour  repenser  le  modèle  de  croissance  de  notre économie.

Cette  nouvelle  crise  a  dévoilé  la  forte  dépendance  de notre  économie  vis-à-vis  du  pétrole,  malgré  les  efforts  de diversification  entrepris  au  cours  de  la  dernière  décennie ainsi  que  la  vulnérabilité  de  notre  pays  sur  le  plan  de  la sécurité alimentaire.

Ainsi,  le  Gouvernement  va  engager  une  évaluation  de notre  stratégie  nationale  d’industrialisation  en  vue  de l’adapter  aux  nouvelles  priorités  et  d’étudier  les  modalités de  mise  en  œuvre  accélérée  du  Plan  Stratégique  de Souveraineté Alimentaire.

De  même,  l’objectif  du  Gouvernement  est  de  relancer  la croissance  économique  par  l’investissement  public  en identifiant  les  projets  d’infrastructures  susceptibles  d’avoir un  effet  multiplicateur  sur  la  croissance  (TIC,  routes, chemin de fer,  énergie, etc.).

L’autre  axe  de  réflexion  pour  le  Gouvernement  est  de poursuivre  les  efforts  de  réduction  de  la  voilure  de  la dépense  publique  à  travers  la  rationalisation  des structures  de  l’Administration  et  une  meilleure gouvernance de la Fonction Publique.

Le  règlement de la dette intérieure  est également un  axe de réflexion stratégique pour le Gouvernement.

Cette  réflexion  doit  être  menée  avec  les  banques  locales pour  revoir  les  mécanismes  actuels  de  traitement  de  cette dette  intérieure,  qui  montrent  des  limites  et  de  trouver une solution  à la hauteur des  enjeux.

L’apurement  de  la  dette  intérieure  régulière  et  non toxique  aux  entreprises,  en  particulier  aux  PME-PMI,  reste une  priorité  du  Gouvernement  pour  oxygéner  leur trésorerie  et  avoir  un  effet  vertueux  sur  la  relance  de l’économie.

Toutes  ces  réflexions  seront  traduites  dans  un  Plan  de Stabilisation  et  de  Relance  de  l’Economie  que  le Gouvernement    soumettra  dans  quelques  semaines  au Président  de  la  République,  Ali  BONGO ONDIMBA.

Chers  concitoyens  ;

Pour  terminer,  je  voudrais  saluer  l’ensemble  de  notre corps  médical  engagé  jour  et  nuit  pour  stopper  cette pandémie  du  Covid-19  et  qui  vient  de  perdre  un  maillon précieux  dans  ce  combat  en  la  personne  du  Dr.  Tanguy De Dieu TCHANTCHOU.

Au  nom  du Président  de  la  République,  Ali  BONGO  ONDIMBA  et  du  Gouvernement,  je  salue  sa mémoire et lui  rend  un  hommage solennel.

Je  voudrais  également  saluer  les  Forces  de  défense  et  de sécurité,  les  fonctionnaires  et  les  bénévoles  qui  tiennent le 2e  front de cette bataille.

Merci  à  tous,  la  Nation  toute  entière  vous  rend  hommage pour vos efforts quotidiens.

J’associe  à  ces  remerciements  tous  les  autres  membres du  corps  médical  qui  font  fonctionner  notre  système  de santé  qui  fait  également  face  à  d’autres  défis  sanitaires  : paludisme,  tuberculose,  VIH-SIDA,  diabète,  HTA,  Cancer, etc.

Les  quinze  (15)  prochains  jours  de  confinement  partiel  du Grand  Libreville  commencent  au  moment  où  nos  frères musulmans  entrent  dans  le  jeûne  du  mois  béni  du ramadan.

Ce  moment  particulier  de  jeûne  qui  consacre  le  4e  pilier de  l’Islam  se  passe  dans  les  conditions  de  fermeture  des lieux de cultes et d’interdiction de  rassemblements.

Ainsi,  ils  prennent  le  relais  des  chrétiens  du  Gabon  qui  ont célébré  en  ce  mois  d’avril,  les  fêtes  pascales  dans  les mêmes conditions.

Contrairement  à  certains  pays  où  on  constate  des  dérives, les communautés  religieuses  du  Gabon  sont particulièrement exemplaires.

C’est  pourquoi,  le  Gouvernement  s’en  félicite  et  remercie tous  ceux  qui  l’accompagnent  par  leurs  intentions,  dans la  nuit  et  la  solitude  de  leur  proximité  avec  Dieu  et  qui mettent  à  profit  ces  moments  de  confinement  pour implorer  sa  miséricorde  en  faveur  de  notre  pays  et  ses habitants.

Que  Dieu  bénisse le Gabon  !

Je vous remercie. »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here