« Contrôle durable de la rage humaine transmise par les chiens en Afrique centrale »

0
1161
Une vue d'un visuel de lutte contre la rage.

La rage est une maladie virale, inoculable, transmise en général par morsure et, plus rarement, par griffure ou par léchage d’une plaie ou d’une muqueuse. C’est une zoonose qui tue environ 60 000 personnes (OMS) et des centaines de milliers d’animaux par an.

La plus grande partie du fardeau est portée par les pays à revenu faible ou intermédiaire, en particulier les enfants et les communautés urbaines et rurales pauvres, surtout d’Afrique. Plus de 99% des cas de rage humaine sont transmis par les chiens. En Afrique centrale, la rage est reconnue comme une maladie endémique avec des flambées épidémiques dans la plupart des pays. Bien que la situation exacte ne soit pas connue dans la sous-région du fait d’un sous rapportage persistant, des faibles capacités de diagnostic et des moyens de riposte qui demeurent encore ponctuelles et circonscrites, la maladie a été retenue comme la préoccupation principale des pays et partenaires techniques. En dépit de ce statut épidémiologique et de la classification de la rage comme maladie prioritaire dans la sous-région, les pays de l’Afrique centrale ont encore de nombreux défis à relever pour atteindre l’objectif « Zéro mort humaine due à la rage du chien à l’horizon 2030 » énoncé dans le Plan stratégique mondial élaboré par l’OMS, la FAO, l’Organisation mondiale de la Santé animale (OIE) et l’Alliance Mondiale contre la Rage (GARC).

Afin de permettre à la sous-région d’être en phase avec cet objectif, la FAO apportera son appui technique et financier à travers du projet de coopération technique couvrant 8 pays (le Cameroun, le Congo, la République démocratique du Congo, la Guinée Equatoriale, le Gabon, la République Centrafricaine, le Tchad et Sao Tome et Principe) intitulé « Contrôle durable de la rage humaine transmise par les chiens en Afrique centrale ».

Ce projet qui bénéficie du partenariat de la CEBEVIRHA, du GARC, vise à rendre disponibles dans les 8 pays bénéficiaires de la région Afrique centrale des plans nationaux d’élimination de la rage à l’horizon 2030, Rendre effectif dans les 8 pays bénéficiaires de la région Afrique centrale le système de surveillance et de rapportage intégré des cas de rage animale et humaine, rendre opérationnels les laboratoires de la sous-région pour apporter des réponses promptes aux requêtes de diagnostic de la rage. Les ministères en charge de la santé animale et humaine ainsi que les collectivités locales seront impliqués dans sa mise en œuvre.
Afin de présenter le projet, ses objectifs, les activités, les résultats attendus, adopter les plans de travail des pays et définir les responsabilités avec les différentes parties prenantes, un atelier de lancement aura lieu les 14 et 15 octobre prochain.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here