Chômé payé au palais de justice de Libreville.

0
1957
Le président de la République Ali Bongo Ondimba posant avec les présidents des cours et tribunaux au palais de justice de Libreville.

Incroyable, mais vrai ce qui s’est passé au palais de justice de Libreville avec la rentrée judiciaire effectuée ce lundi 7 octobre en présence du président de la République Ali Bongo Ondimba par ailleurs Président du Conseil Supérieur de la Magistrature (CSM). Une bonne partie du personnel de cette institution a tout simplement décidé de décréter la journée chômée payé non-récupérable y compris celle de mardi 8 octobre. Véritable fiesta pour ceux-là qui sont sensés faire appliquer la loi.

Ce constat a pour conséquence un manque à gagner au sein de l’appareil judiciaire car de nombreux compatriotes venus pour l’établissement des casiers judiciaires en vue de participer à un concours et examen où tout simplement à la demande d’un passeport n’ont pas pu le faire et ont tout simplement été invité à revenir le mercredi 9 octobre pour avoir le traitement de la demande de leur casier judiciaire. Outre le casier judiciaire, les affaires civiles, pénales et autres.

Pourtant, le travail pouvait bien reprendre au palais de justice de Libreville après le départ du président de la République aux environs de 12heures 30 minutes, malheureusement cela n’a pas été le cas, est- ce à dire que le ministre d’Etat, ministre de la justice Anicet Mboumbou Miyakou n’arrive plus à gérer ce personnel depuis qu’il gère deux départements notamment la justice et celui de l’intérieur.

C’est de cette façon que le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale compte rendre son administration efficace avec des magistrats qui n’attendent que la moindre petite occasion qui se présente à eux pour pouvoir bénéficier des congés non homologués par le ministère du travail.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here