Abdoulaye Seck, revient sur l’importance du rapport du groupe de la Banque Mondiale.

0
333
Abdoulaye Seck directeur des opérations de la Banque Mondiale 1er à partir de la droite avec les trois première Dames du Gabon du Burkina Faso et de la République Démocratique du Congo.

En marge de la Conférence régionale de lancement du rapport du Groupe de la Banque mondiale : « Les Femmes, l’Entreprise et le Droit 2020 », Abdoulaye deck, directeur des opérations de la banque mondiale affirme que le Rapport a pour objectif de mettre fin à la pauvreté extrême, car aucune société ne peut évoluer si l’on ne tient pas compte de l’implication des femmes.

Il est vrai que la participation et l’engagement des femmes reste encore minime, c’est en cela que le thème du rapport vise à mieux comprendre les situations en Afrique de l’ouest et centrale. Ce rapport estime le score moyen mondial à 75,2 %, des efforts ont donc été faits pour permettre à la femme de mieux s’impliquer. D’ailleurs, le Gabon a promulgué une loi contre les violences faites aux femmes, et malgré les réformes enregistrés il y a encore du travail à faire. Les femmes constitue plus de la moitié des travailleurs dans le domaine agricole, la banque mondiale se doit d’appuyer les gouvernements pour relever les défis, en cela l’institution est profondément engagé pour l’autonomisation des femmes.

En revanche, Prisca Koho, ministre de la Promotion et de l’Intégration de la femme  et  au développement, a signifiée qu’accélérer le progrès pour l’autonomisation de la femme demeure, car la femme continue de faire face aux nombreux défis d’où la création d’un département dédié à la femme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here