Gabon/« voyage inexplicable » d’un Kévazingo, un agent des Eaux et Forêts complice.

0
127

Le « vol » d’un Kévazingo défraie actuellement la chronique dans la province du Woleu-Ntem. Le bois qui est parti de Bitam mi-décembre a traversé tous les postes de contrôle des Eaux et Forêts pour atterrir dans une scierie de Mitzic, plus de 200 km plus loin, avec, semble t-il, la complicité d’un agent de l’administration en charge des forêts. Le scandale ayant éclaté, les défenseurs de l’environnement demandent réparation.

L’information est très vite parvenue à l’ONG Conservation Justice présente dans la région du Nord  par le biais d’une antenne à Oyem et d’une activité régulière. Elle fait alors état du vol d’un Kévazingo, bois noble, précieux et même sacré qui était relativement abondant dans la province mais que le pillage actuel risque de faire disparaître. Les faits se sont déroulés le 14 décembre dernier. Selon certains, le fameux bois était chargé sur un camion en arrêt depuis deux mois et saisi en attendant de remplir toutes les formalités administratives. Mais contre toute attente, le camion a quitté le chef-lieu du département du Ntem nuitamment alors même que la loi interdit la circulation des grumiers et autres engins forestiers à partir de 18h, et ce jusqu’au lendemain à 6h. Mais ledit camion a bel et bien quitté Bitam, traversé tous les postes de contrôle situés sur la Nationale 3, passant ainsi Oyem avant d’atteindre Mitzic. Il a terminé son trajet dans une scierie appelée GIB à quelques encablures de la ville (environ 3 à 4 kilomètres). Plus de 200km sans être arraisonné.

Comment cela a t-il pu être possible ? Tout semble s’éclaircir quand l’information est complétée pour faire état de l’intervention d’un agent des Eaux et Forêts qui aurait facilité le passage du Kevazingo. Ce dernier aurait donc servi de « pass » à l’engin transportant un bois qui n’avait pas encore, au moment du départ de Bitam, été autorisé à quitter les lieux.